Les défis d’EDF

analyse des réponses à l’enquête sur EDF et la neutralité carbone organisée pour le Face à Face avec Jean-Bernard LEVY

Le 19 Novembre, l’association CentraleSupelec Alumni organisait à distance un Face à Face avec Jean-Bernard LEVY, Président du groupe EDF. Plus de 200 participants à distance et de nombreuses questions souvent très techniques. L’occasion aussi de présenter les résultats du sondage organisé par FORMITEL pour préparer cet échange et lancer les débats.

Avant de passer en revue les principaux enseignements de cette rapide enquête, rappelons qu’il ne s’agit pas d’un sondage représentatif de l’ensemble de la population française : les plus de 1.000 participants au panel sont tous des anciens élèves de CentraleSupelec,en poste dans l’industrie et les services.

Première conclusion très claire mise en évidence dans le graphique : oui, le nucléaire semble bien incontournable si l’on souhaite que la France se rapproche d’une neutralité carbone. 80% des répondants sont d’accord avec cette affirmation.

Toujours avec un consensus assez franc, 72% pensent que le groupe EDF a un rôle mondial à jouer pour faciliter l’évolution vers une énergie bas carbone sur l’ensemble de la planète. Remarquons toutefois que sur ce point les avis franchement positifs ne sont plus que 25% alors qu’ils sont de plus de 56% pour l’importance de la filière nucléaire en France.

Sur les deux questions suivantes, le positionnement d’EDF sur la mobilité électrique et le développement des parcs éoliens en France, les avis positifs descendent à 50%, mais l’emportent encore sur les avis négatifs.

Les avis sont nettement moins tranchés lorsque l’on s’intéresse au comportement individuel : 44% seulement des participants se disent sensibles aux offres d’électricité verte et s’efforcent de les favoriser. Ce chiffre baisse encore quand le répondants parle de son entreprise : 41% seulement estiment que leur entreprise est sensible au fait de viser la neutralité carbone et a mis en place un plan d’action pour y parvenir.

Enfin, sans grande surprise, seulement 21% des participants estiment réaliste le scénario de 100% d’énergie renouvelable en France.

En comparant les différents profils des réponses à ces questions on retrouve une difficulté bien connue des experts travaillant sur les leviers permettant de lutter contre le changement climatique et de favoriser un développement durable : une attente forte vis à vis des grands acteurs (la filière nucléaire, le groupe EDF…) mais une attitude individuelle nettement moins impliquée, que cela soit sur le plan personnel (électricité verte) ou professionnel (plan d’action bas carbone).

Vous pouvez retrouver la vidéo des échanges avec Jean-Bernard LEVY sur youtube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *